J’ai installé des panneaux solaires

Lorsque la maison a été bâtie, il était déjà prévu qu’une voiture électrique viendrait s’y garer. L’étape suivante était donc de mettre des panneaux solaires afin d’alimenter la voiture électrique. Un an avant l’explosion du prix de l’énergie, je vois que j’ai bien fait!

« L’énergie solaire qui arrive sur Terre en 1h permet de subvenir à tous nos besoins pendant 1 an » Al Gore.

Le solaire et l’électricité en France

Selon EDF, la consommation électrique annuelle française est autour de 475 TWh/an depuis une 15aine d’années.

Malgré notre climat tempéré, la France a un potentiel solaire non négligeable. Si on s’intéresse à l’irradiation solaire, qui mesure la quantité d’énergie solaire reçue sur une surface donnée, elle est de 1 274 kWh/m2 en moyenne. Cela va de 1645 en Provence Alpes Côte d’Azur à 1089 dans le Nord Pas-de-Calais. A titre de comparaison, on passe de 600 à 2500 kWh/m² à l’échelle mondiale.

Évidemment, l’énergie solaire reçue est plus importante l’été que l’hiver et est plus importante le midi que le matin ou le soir.

Je rappelle que le Soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest et qu’il est toujours orienté vers le sud dans l’hémisphère nord. De plus, les journées durent plus longtemps l’été que l’hiver (je sais, j’enfonce des portes ouvertes mais cela aura son importance plus tard).

Sur les 475 TWh de consommation, la production solaire a permis d’obtenir 14,3 TWh en 2021 soit 3% de nos besoins. Pourtant, nous pourrions faire mieux!
En effet, la production d’électricité en France est d’environ 520 TWh. Je rappelle que la quantité d’énergie solaire reçue en moyenne est de 1 274 kWh/m2 en moyenne. Un panneau solaire peut avoir un rendement de 19,8% (c’est le cas de mes panneaux). Cela ferait donc 252 kWh/m² de panneaux solaires. Pour avoir les 520 TWh, il faudrait donc installer 2 063 492 063 m² de panneaux soit 2063 km².
La surface de la France est de 543 940 km² et la surface des infrastructures est de 30 000 km².

En théorie, il est donc tout à fait possible de subvenir à nos besoins avec les panneaux solaires. En théorie oui mais en pratique c’est un peu plus compliqué car nous avons besoin d’énergie jour et nuit, été comme hiver. Il faudrait une solution de stockage viable pour que cela soit réalisable en pratique.

Pour autant, personne n’a dit que nous étions obligés de subvenir à 100% de nos besoins avec le solaire. On peut en tout cas faire largement mieux, ça c’est sûr! Plus les Français produiront leur énergie moins nous serons dépendants des autres pays, moins nous aurons besoin des énergies fossiles et du nucléaire et plus nous serons insensibles aux variations tarifaires.

C’est exactement ce qui se passe chez moi!

Revente ou autoconsommation

En France, nous avons la possibilité de faire 2 types d’installation: l’autoconsommation ou la revente. Le choix dépendra de plusieurs critères: votre intérêt écologique, votre disponibilité dans la maison, votre budget, la rentabilité…

Revente

La revente, comme son nom l’indique, consiste à produire de l’électricité et à revendre la totalité. Vous pouvez revendre à EDF (le plus commun) ou à d’autres opérateurs.

Le tarif de revente dépend de votre installation. On regarde la puissance crête (c’est à dire le maximum que peut délivrer votre installation). Si vous installez moins de 3 kWc, vous revendrez autour de 18 cts du kW et si vous installez entre 3 et 9 kWc, vous revendrez à 15 cts du kW. Dans tout les cas, vous revendrez moins cher l’électricité que vous payez par rapport à l’électricité que vous achetez.

Selon la puissance de vos panneaux, une installation inférieure à 3 kWc nécessitera environ 8 panneaux. Pour une installation entre 3 et 9 kWc, il faudra entre 25 et 30 panneaux. Vous pouvez, bien entendu, en installer plus mais là, il faut un hangar!

Le coût de l’installation peut varier de 15 à 20000 euros selon les garanties que vous prenez. Plus vos panneaux, votre onduleur… sont garantis longtemps, plus l’installation coûte cher. Selon moi, il vaut mieux avoir des panneaux garantis 25 ans que 10 ans!

La rentabilité du projet se situe autour de 12 ans.

Pour la revente, il n’existe pas d’aide de l’État.

Autoconsommation

En ce qui concerne l’autoconsommation, nous sommes presque à l’opposé de ce que l’on a vu ci-dessus. Ici, il s’agit de consommer le plus possible ce que l’on produit. Cela nécessite donc d’être suffisamment chez soi pour pouvoir faire fonctionner l’électroménager la journée (quand on produit de l’électricité évidemment). C’est évidemment plus compliqué à faire si on part toute la journée au travail sauf si on est adepte des programmateurs (ce que je déconseille pour les risques incendies).

Le tarif de revente n’est que de 10 cts du kW quelle que soit votre installation (sauf les hangars!) mais ici, l’idée n’est pas de revendre mais de consommer votre production. Autrement dit, si vous n’achetez pas d’électricité à votre fournisseur, c’est comme si vous revendiez votre production au même tarif. J’achète mon électricité à 19 cts du kW. Si j’utilise ma production, c’est comme si je la revendais à 19 cts.
Plus vous autoconsommez, plus vous êtes gagnant. La revente du surplus n’est qu’un bonus.

Le coût de l’installation tournera autour de 8000€ (garantie au max) mais vous pouvez aller plus bas avec moins de garantie.

La rentabilité du projet va évidemment fluctuer en fonction du prix d’achat auprès de votre fournisseur. Il était pour moi de 18 ans en 2020 pour un prix d’achat de 17 cts du kW. En 2022, je suis à 19 cts. Mon projet devient donc plus rapidement rentable.

Il existe une prime d’État pour l’autoconsommation. Au 1er trimestre 2022, voici les montants de la prime qui étaient accordés :

  • 380 €/kWc pour les installations inférieures ou égales à 3 kWc ;
  • 280 €/kWc pour les installations entre 3 et 9 kWc ;
  • 160 €/kWc pour les installations entre 9 et 36 kWc ;
  • 80 € pour les installations entre 36 et 100 kWc.

Afin de pouvoir prétendre à cette prime, quelques conditions sont nécessaires (arrêté tarifaire du 9 mai 2017) :

  • Avoir une installation solaire adaptée et reliée à un compteur communicant (Linky par exemple) ainsi qu’au réseau national EDF. Cela permet de mesurer votre production et votre consommation d’électricité, mais aussi de pouvoir vendre votre surplus d’énergie. Vous devez donc choisir l’autoconsommation avec revente du surplus pour être éligible à cette prime.
  • Poser les panneaux solaires photovoltaïques sur un toit et selon plusieurs critères techniques définis, comme une installation parallèle à la toiture, sur une toiture plate ou avec une fonction d’allège, de bardage, de brise-soleil, de garde-corps, d’ombrière, de pergolas ou de mur-rideau.
  • Faire appel à un professionnel ayant le label RGE, reconnu garant de l’environnement. Cela vous donne l’assurance de travailler avec une entreprise ou un artisan qualifié pour des travaux de rénovation énergétique.
  • Seules les installations inférieures à 100 kWc sont éligibles à cette aide.

Autoconsommation avec batterie

C’est exactement la même installation que précédemment sauf que l’on adjoint une batterie de maison pour emmagasiner l’électricité plutôt que de revendre le surplus. C’était d’ailleurs l’idée de départ mais cela m’a été déconseillé par l’entreprise. Deux raisons principales:

  • Le projet passe de 8 000 à 15 000 euros ce qui explose les estimations de rentabilité. Clairement le projet n’est pas viable.  En 2020, cela signifiait que le coût de notre électricité nous revenait à 24 cts du kW contre 17 cts. Même en 2022, cela n’est pas encore viable. Hormis vouloir rechercher l’autonomie à tout prix, cela n’a que peu d’intérêt.
  • Être autonome, pas tout à fait. Votre batterie va pouvoir stocker votre électricité quand vous produisez énormément et quand vous consommez très peu. C’est donc globalement lors des journées très ensoleillées que cela va se produire (plutôt l’été). Or l’été , il y a tellement de soleil, que vous n’avez pas besoin de stocker car chaque jour vous allez produire énormément. Là où vous allez avoir besoin de votre batterie, c’est surtout en hiver. Il y a pourtant peu de soleil et vous allez beaucoup plus consommer peut-être à cause de votre chauffage électrique ou parce que vous allez utiliser plus votre four ou votre appareil à raclette. Finalement vous n’arriverez peut-être pas à stocker énormément voire pas du tout.

Pour illustrer

Pour ceux qui en ont assez de lire, je vais partager avec vous mes graphiques de production et de consommation. Il y en aura 2 annuels (2021 et 2022), puis journaliers (été/hiver avec ou sans la voiture électrique branchée).

 

Ma production a commencé en mars 2021.
En 2021 j’ai utilisé 57% de ma production pour chez moi et revendu 43% de ma production.
En 2021 25% de l’électricité que j’ai consommé provenait de mon installation. Cela se traduit donc par une baisse de 25% de ma facture d’électricité (peut-être 22,55% si on intègre janvier et février). A cela s’ajoute 161,70€ de revente (hors prime).

  • En 2021, j’ai consommé 7993 kWh selon Enedis (Attention, il manque 2 mois sur le graphique 2021).
  • La part d’autoproduction est donc de 1720×100/7993=21,52%.
  • Ma consommation d’électricité hors abonnement est de 7993×0,19€=1518,67€.
  • Cela représente une économie de 1518,67×21,52%=326,82€.
  • Donc au total je gagne 326,82+161,70€= 488,52€ soit 26,81% de ma facture avec abonnement (1518,67+191,53)

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Vous avez ici les graphiques d’été avec, à gauche sans la recharge de la voiture et à droite avec la recharge.

La même chose en hiver. Évidemment, nos 2 kWh de chauffage fonctionne.

Pour terminer, une journée d’hiver non ensoleillée et sans charge de la voiture.

Pour conclure

Chaque projet est différent. Cela dépend de votre budget, votre mode de vie, votre fibre écologique, votre emplacement et votre orientation de maison…

  Revente Autoconsommation AC avec batterie
Coût du projet 15 à 20 000€ 8000€ 15000€
Temps de rentabilité 12 ans 18 ans Pas rentable
Nombre de panneaux 27 8 8
Prix revente 15 à 18 cts du kW 10 cts (mais économie de 19 cts non acheté) 10 cts (mais économie de 19 cts non acheté)
Prime Non Oui Oui
Intérêts Si on veut investir, si on n’est pas souvent chez soi Si on est souvent chez soi, si on veut être indépendant du coût de l’énergie, si on a un plus petit budget Si on recherche l’autonomie

Bien entendu ce tableau est à titre indicatif. Il n’a pour but que de vous aiguiller car c’est très difficile de trouver des sociétés sérieuses dans le domaine.

Selon moi, la meilleure solution reste le projet d’autoconsommation:

  • Le projet est moins cher
  • Il demande moins de place sur votre toiture
  • Il est plus flexible pour l’orientation. Si une orientation plein sud est préconisée pour la revente pour un maximum de production, une orientation est-ouest est possible en autoconsommation pour profiter un maximum du soleil entre le lever et le coucher
  • Il permet d’être toujours rentable. Plus le coût de l’énergie augmente, plus votre installation sera rentable. Pour la revente, vous signez votre contrat pour 20 ans! Une personne qui a signé un contrat pour vendre son électricité en 2020 à 18 cts alors qu’elle achetait la sienne à 17 cts est gagnante, mais 2 ans plus tard, elle revend toujours à 18 cts alors qu’elle paye à présent 19 cts! La bascule est faite!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.