Comment construire les Earthships?

Comment construire les Earthships?

Cet article a été proposé et construit avec Wellrose

Une maison durable, autonome et en matériaux recyclés : un Earthship! Un concept relativement ancien et très peu connu qui a ses admirateurs comme ses détracteurs. Il tend a être une solution de développement durable en traitant des 3 pilliers.

Un Earthship, kézako?

Les Earthships sont des maisons construites avec des pneus, des bouteilles de verre…elles sont autonomes en énergie, en eau et en majeure partie en nourriture.

A l’origine, les Earthships (vaisseau de terre ou encore Géonef) sont nés dans l’imagination de Michael Reynolds, architecte américain. Dans le contexte des années 1970, les hippies souhaitent un retour à la terre. Le mouvement commence à Taos, ville désertique du Mexique. L’objectif est de devenir autonome en eau, en énergie et en partie en nourriture, au beau milieu du désert et ce afin de sortir de cette société de consommation. Aujourd’hui encore, des personnes gagnant très bien leur vie, optent pour un retour aux sources en partant s’installer au milieu de ce désert mexicain !

1er Earthship

Les matériaux

  • Les pneus, remplis de terre tassée, vont servir à ériger les murs extérieurs. Un peu de béton pourra venir renforcer à certains endroits.

  • Les bouteilles de verre, canettes en aluminium… vont être utilisées pour les cloisons intérieures et pour décorer les murs. L’avantage des bouteilles en verre est de laisser passer la lumière et de permettre de jouer sur les couleurs.

  • Les cloisons sont ensuite recouvertes avec de la terre ou un simili de torchis. La terre ainsi que l’argile utilisée sont issues de ce qui a été dégagé afin d’enterrer partiellement la maison côté nord.
  • L’isolation va être constituée en grande partie de fibres textiles recyclées.
  • Le bois est utilisé pour les charpentes.

Pour exemple, une maison de 170m² va utiliser environ 750 pneus, 10 000 bouteilles de verre et 2000 canettes en aluminium.

Intérêts

  • De la nourriture gratuite: Chaque Earthship est équipé d’une ou deux serres qui cultivent toute l’année, peu importe le climat. Cela signifie que vous pouvez vous nourrir avec seulement les plantes qui poussent à l’intérieur de votre maison. Vous pouvez également choisir de construire un bassin de poissons et / ou un poulailler dans votre Earthship pour une source constante de viande et d’œufs.

  • De l’eau récupérée: Même les climats les plus arides peuvent fournir suffisamment d’eau pour une utilisation quotidienne à travers un système de prélèvement de pluie. Tout le toit des entonnoirs de Earthship abrite de l’eau dans une citerne, ce qui l’emploie ensuite vers les caves et les douches si nécessaire. On utilise ensuite de l’eau grise dans la serre pour arroser les plantes. Après avoir été nettoyé par les plantes, l’eau est pompée dans les toilettes pour les toilettes. Après avoir été rincé, l’eau maintenant «noire» est pompée dans le jardin extérieur pour donner des nutriments aux plantes non comestibles.

  • L’isolation: La technique la plus brillante dans le Earthship est leur capacité à maintenir des températures confortables toute l’année. Même dans des climats chauds ou froids, les Earthships se sont autour de 22°C).
    Ce phénomène résulte de la chaleur solaire absorbée et stockée par «masse thermique» par les pneus remplis de terre, qui forment la structure du Earthship. La masse thermique agit comme un dissipateur de chaleur, libérant ou absorbant la chaleur lorsque l’intérieur se refroidit et se réchauffe, respectivement.
    Les grandes fenêtres à effet de serre à l’avant de la maison sont toujours orientées vers le sud pour permettre au soleil de réchauffer la masse thermique tout au long de la journée.
  • L’autonomie énergétique: Les panneaux solaires sur le toit et les éoliennes en option offrent à Earthship toute la puissance dont il a besoin. En tout cas, tant que vous n’abusez pas votre consommation. Le système est couplé à des batteries qui accumulent l’énergie reçue. Ensuite, il y a un courant de 24V (lumières etc) puis un convertisseur produisant un courant de 220 V pour les machines plus énergivores
  • Facilité de construction: Lors d’une récente conférence Earthship à Toronto, au Canada, un couple marié, dans la quarantaine, a partagé sur la façon dont ils ont construit un Earthship de 3 étages par eux-mêmes en 3 mois. Ils n’avaient jamais construit rien avant dans leur vie et ont pu construire un Earthship avec seulement les plans imprimés. Ils n’ont pas embauché d’aide et n’ont pas utilisé d’équipement coûteux pour faciliter leur travail.
  • Faible coût: Les Earthships sont, semble-t-il, moins chères que les maisons conventionnelles. Les plus simples peuvent coûter 7 000€ (le modèle de survie) avec les modèles les plus glamour qui peuvent coûter 70 000€$ et plus.
  • Des matériaux recyclés: Une grande partie des matériaux utilisés pour construire les Earthships sont recyclés. Rien que les pneus, c’est pas ça qui manque sur la Terre. Il y a des décharges de pneus dans tous les pays du monde. Il y a même des endroits qui vous paieront par le pneu pour les emporter. Les murs (au-dessus des pneus) sont créés en plaçant des bouteilles en plastique et en verre dans du béton. Des déchets facile à trouver.

Principes de construction

La partie au nord est enterrée avec éventuellement de longs conduits permettant une aération, selon la température de la zone de construction.

Au sud, la maison présente de grandes baies vitrées, en double vitrage, avec une serre permettant une certaine autonomie en nourriture. Le plan d’inclinaison de ces baies étant judicieusement calculé (60°) afin de laisser entrer un maximum de soleil l’hiver et un minimum l’été.

La maison est équipée en panneaux solaires sur le toit, ce qui lui permet d’être autonome en énergie. Certains ajoutent une bonbonne de gaz pour la nourriture. Il est également possible d’utiliser une petite éolienne.

Le toit, légèrement incliné, permet de récupérer l’eau de pluie. Des citernes sont placées côté nord et sont enterrées. L’eau sera filtrée à plusieurs reprises selon l’utilisation désirée: l’eau sera d’abord utilisé pour la douche et l’évier puis cette eau arrose les plantes qui vont la filtrer. L’eau grise obtenue, revient aux toilettes. L’eau noire ainsi produite va être évacuée vers l’extérieur pour arroser des plantes non comestibles.

La maison doit être à proximité de la nature afin de profiter de ses bienfaits.

On veillera à installer des fenêtres d’aération au niveau de la serre. Celles-ci s’ouvriront grâce à un système de poulies.

Notons que souvent les gens font appel aux chantiers participatifs afin de construire leur maison. Tout le monde apprend. Cela permet de créer du lien social, de revaloriser des déchets et de favoriser un tourisme local. Il s’agit en outre d’un très bon outil éducatif concernant les logements durables.

Plan d’un Earthship

Pour aller jusqu’au bout, il est possible de faire des toilettes sèches, ce qui constituera un excellent composte pour les plantes. Sachant que pour des toilettes classiques, l’eau des plantes sera ensuite utilisée pour les chasses.

La controverse

Pour commencer précisons que le terme « Earthship » est une marque déposée. Cela signifie qu’une maison de pneus dont la construction n’a pas été supervisée par Michael Reynolds, architecte inventeur du Earthship, ne peut officiellement porter ce nom. Cela devient donc un produit!

Parmi les détracteurs du Earthship dans les climats froids, nous trouvons Martin Holladay, rédacteur en chef de Green Building Advisor, un magazine en ligne de grande renommée, outre Atlantique, sur la conception et la rénovation de maisons écologiques. Il a publié un des rares articles pertinents sur les inconvénients du Earthship. Il reproche à Michael Reynolds, qui détient la marque commerciale de la société à but lucratif Earthship Biotecture d’exagérer et d’idéaliser de façon utopique les Earthships qui ne sont, paraît-il, pas aussi parfaits qu’ils n’en paraissent.

Les inconvénients, selon M. Holladay :

  • Non adaptés à tous les climats (froid en particulier)
  • Peu de preuves de performance (autoproduction de nourriture, performance hors réseau, performance des éoliennes, capacité de climatisation, etc.)
  • Isolation insuffisante en climat nordique
  • Utilisation de gaz propane et générateurs pour des besoins de chauffage de l’eau et de la maison
  • Nécessité d’avoir de grosses batteries que l’on doit remplacer tous les six à huit ans
  • Coût de construction d’un Earthship finalement plutôt similaire à celui d’une maison conventionnelle

Selon un site d’écohabitat canadien, il y a plusieurs problèmes:

  • Le lieu de construction: bien souvent les Earthships sont construits dans des milieux isolés. Même si la maison est autosuffisante, il faudra sûrement se déplacer et usée de la voiture trop souvent. Le site préconise les constructions collectives et proches des villes.
  • L’isolation: le site signale que l’isolation des Earthships est une idée reçue car cette conception, avec des pneus remplis de terre, engendre normalement des pertes de chaleur importantes, de la moisissure, ainsi qu’un réel manque de confort. De plus, le fait que la maison soit enfouie demande une attention particulière au plancher qui n’a pas l’air d’être prévu à l’origine.
  • La pollution: l’utilisation de batterie qu’il va falloir renouveler et les génératrices au propane sont très polluantes. Cela va donc dépendre aussi de la production d’énergie du pays. En France, il faudrait faire le bilan entre l’utilisation de batterie et de propane  face au nucléaire.
  • La construction sous terre: la complexité vient  de l’humidité du sol qui va remonter. Il faudrait bien isoler avec énormément d’isolant imputrescibles comme le polystyrène ou la mousse de polyuréthane qui sont issus du pétrole
  • La mauvaise réutilisation des matériaux: Certes on réutilise des déchets mais ne serait-il pas plus judicieux de recycler les canettes d’aluminium ou de verre pour extraire moins de matériaux et laisser la place à des matériaux renouvelables comme le bois pour la construction?
  • Les risques liés à la santé: Le site met en avant 2 éléments. Tout d’abord le fort taux d’humidité de la maison qui peut entrainer l’apparition de moisissures qui peuvent provoquer des maladies. Ensuite la présence de pneus, dans les murs, pourrait nous exposer à des produits ignifuges bromés (PBDE), des matières synthétiques issues de la pétrochimie qui sont toxiques pour l’être humain sur le long terme
  • Subsister à ses besoins, un travail à temps plein: Si on veut garder une vie normale cela me semble impossible d’être autosuffisant à 100%. Il faudrait que des spécialistes de la permacultures se penchent la dessus. Par contre, sur le site officiel d’Earthships, il préconise la liberté totale: plus besoin de travailler car on est autosuffisant.
  • Les lois de construction: obtenir un permis de construire est parfois un parcours du combattant. Il y a 2 maisons en France. Combien de demande, il y a eu?
  • Le coût: pour construire ma maison, j’ai dû faire des choix. Beaucoup de choix. Les Earthships misent sur des systèmes relativement chers comme les panneaux solaires, les systèmes de filtres, l’éolien sans compter la surface vitrée. Cela est à contre balancer avec le fait que, bien souvent, il s’agit d’autoconstruction. En tout cas, j’imagine mal une maison à 7000€ sachant que c’est à peu près le pris de mon système de récupération d’eau de pluie.

Pour aller plus loin

Vous l’aurez compris, le concept offre des avantages et des inconvénients. Il n’est pas fait pour tout le monde et cela n’est qu’une des possibilités de construire une maison plus respectueuse que les constructions traditionnelles.

A l’heure actuelle, certaines maisons ont vu le jour en France, en Normandie et en Dordogne.  La maison de Normandie, a été construite en 2008 en pneus et verre recyclés comportant quatre pièces pour 120 m2 habitable sur un terrain de 1 300 m2. En septembre 2012, la maison était en vente pour le prix de 133 000 €. On considère qu’il y a plus de 1000 maisons de ce type dans le monde.

Un film documentaire a été réalisé par Oliver Hodge la vie de Michael Reynolds: Garbage Warrior

Cet article a été proposé et construit avec Wellrose. Merci pour ce beau travail.

 

One thought on “Comment construire les Earthships?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *