Faire du covoiturage: voyager pas cher, s’enrichir humainement

Faire du covoiturage: voyager pas cher, s’enrichir humainement

Marre de prendre la voiture, marre que ça coûte aussi cher, marre de polluer, marre de faire le trajet seul… faites donc du covoiturage!

Laissez-moi vous expliquer:

Le covoiturage en France:

Je vais beaucoup m’appuyer sur le rapport de l’ADEME, datant de septembre 2016, que vous pouvez retrouver au complet  ICI.

Le covoiturage est réglementé en France. Voici sa définition: L’article 52 de la loi n°2015-992 du 17 août 2015, intégré dans le Code des transports (article L3132-1) définit le covoiturage comme étant « l’utilisation en commun d’un véhicule terrestre à moteur par un conducteur et un ou plusieurs passagers, effectuée à titre non onéreux, excepté le partage des frais, dans le cadre d’un déplacement que le conducteur effectue pour son propre compte »

Par conséquent un parent qui transporte son enfant, fait du covoiturage. Évidemment nous allons nous intéresser au covoiturage hors du cadre familial.

Une bonne partie du covoiturage se fait pour le trajet domicile-travail. Dans ce cas 80% des personnes s’organisent par eux-mêmes et 20% utilisent internet. Cela montre quand même le bon sens des personnes qui souhaitent faire du covoiturage. Là où internet devient primordial c’est pour le covoiturage longue distance (plus de 80 km) qui peut concerner les vacances, les retours dans la région familiale si le travail est extra-régional… Dans ce domaine BlaBlaCar est le numéro 1 car il détient 95% de ce marché et revendique 30 millions d’utilisateurs dans le monde et 1 million de transportés par mois. On en reparlera plus bas.

Voici les différentes formes de covoiturage:
Quelques données sur ces covoiturages:
  • Domicile-travail: En France, environ 3 % des déplacements domicile-travail sont effectués en covoiturage
  • Professionnel et de chantier: Il représente aujourd’hui plus de 20 % des cas de covoiturage.
  • Proximité: Il s’agit d’un covoiturage dans le cadre d’un déplacement avec son entourage proche (entre voisins, membres d’un club, associations, événements, etc.)
  • Événement: Le covoiturage événementiel peut être considéré comme une variante du covoiturage de loisirs (voire aussi du covoiturage de longue distance)
  • Longue distance: Grâce au développement d’Internet et de sites spécialisés, le covoiturage occasionnel de longue distance connaît un essor important depuis quelques années.

Il existe différentes plateformes pour le covoiturage:

  • BlaBlaCar: plus adapté aux voyages de longue distance car pour les petits trajets, les personnes s’organisent entre elles dans le cadre privé.
  • Publiques: surtout dans le cas des agglomérations, des départements ou des régions. On peut trouver les plateformes La Roue Verte, Covivo
  • Internes: elles sont soit ouvertes aux employés uniquement (Crédit Agricole, EDF, Cap Gemini…) soit aux employés et à la clientèle (Leroy Merlin, Castorama, Ikea…).
  • Opérateurs de transport: SNCF a investi dans le covoiturage en créant iDVROOM, Transdev a lancé Fleetme (exemple à Auxerre).

Les formes plus exotiques de covoiturage:

  • Les points stop: Les points stop correspondent à une forme épurée de covoiturage spontané. L’idée est de matérialiser des emplacements aménagés et signalisés.
  • Rezo Pouce: Le covoiturage spontané type Rezo Pouce est une solution de mobilité intermédiaire entre l’auto-stop et le covoiturage.
  • Taxito: ressemble dans l’esprit à celui de Rezo Pouce mais avec des points d’arrêt beaucoup plus sophistiqués équipés chacun d’une colonne, d’un panneau à message variable et d’un écran tactile ou via une application smartphone. Taxito est suisse mais s’étend à présent en France.
  • Covoit’ici: repris sur le modèle de Taxico, vous pouvez retrouver Covoit’ici dans les Yvelines et le Val d’Oise

La mobilité des Français:

Attention de bien comprendre les données: en 2008 on estime que les Français ont parcouru 818 milliards de kilomètres x voyageurs (écrit 818 Md Km.voy/an). Il faudrait pouvoir obtenir les chiffres 2016 surtout avec le lancement des cars « Macron ».

On remarque que la mobilité locale (moins de 80 Km) représente en distance 60 % de la mobilité totale et en volume 98 % des déplacements.

On regarde le taux d’occupation des voitures en fonction du type de trajet et de la distance parcourue. Le taux d’occupation moyen des véhicules est compris entre 1,2 et 1,3 personnes/véhicule pour les déplacements effectués en semaine. On remarque que dans les déplacements professionnels (en rose) le taux est le plus faible
(1,08 personnes/véhicule). Pour tous les autres motifs, le taux d’occupation croit avec la distance surtout après 20 Km.

Quelles sont alors les motivations des covoitureurs?

  1. L’argument financier: Selon différents sondages c’est la 1ère raison pour près de 80% des covoitureurs interrogés.
  2. L’avantage du mode de circulation: Partage des frais, stationnement facilité, aide de l’employeur…
  3. La recherche du lien social: Marre d’être dans une société individualiste et consumériste? Partagez vos trajets!
  4. La fatigue: Bonne raison avancée par des covoitureurs. Certains conducteurs décident de laisser le volant à un passager pour limiter la fatigue et augmenter leur sécurité.
  5. La protection de l’environnement: C’est une motivation qui pousse les gens à s’inscrire sur les sites mais pas forcément à passer le pas. Dommage.
  6. Le gain de temps: Ce n’est pas encore le cas en France car, souvent, il faut faire un léger détour et/ou attendre son covoitureur. En revanche, dans d’autres pays, des voies pour le covoiturage sont mises en place comme pour les taxis, les bus…
  7. Les circonstances exceptionnelles et les mesures réglementaires: Les grèves de 1995 qui ont bloqué le pays et privé les Français d’essence, ont permis de mobiliser leur sens pratique en se disant: « nous avons moins d’essence, partageons là! ». Les pics de pollution, devenant de plus en plus fréquents, pourraient également être un moteur du covoiturage.

Quels sont les freins?

  1. La contrainte des horaires: Faire du covoiturage avec un collègue nécessite d’avoir les mêmes horaires ou d’attendre l’un des covoitureurs. Pas grave si on s’organise mais cela peut devenir contraignant si cela se conjugue avec d’autres contraintes (recherche d’enfants à l’école, RDV pris après le travail…)
  2. La difficulté à trouver un covoitureur: Plus ou moins liée à la contrainte précédente, elle peut aussi être due à la méconnaissance des services existants.
  3. La peur: Si vous avez lu mon article sur Couchsurfing, vous savez que c’est souvent l’une des raisons qui empêche de sauter le pas de ces réseaux d’échange. C’est là où vous allez voir plus bas que BlaBlaCar a su trouver les solutions.
  4. Les freins culturels: la sensation de liberté, d’indépendance, préserver son espace personnel mais aussi l’incapacité de se voir en tant que passager pour une question d’image, de maîtrise du véhicule. Bref, les raisons sont aussi multiples que bizarres.
  5. L’incertitude du trajet retour: Partir en covoiturage c’est aussi revenir potentiellement en covoiturage et la chose n’est pas toujours aisée.

L’impact du covoiturage:

  • Sur le plan environnemental: Quelques chiffres sur le transport en France: 32% de la consommation d’énergie, 70% de la consommation de pétrole, 36% des émissions totales de CO2, 51% des rejets de cuivre dans l’atmosphère, 49% pour les oxydes d’azote, 15% des particules fines, 1ère nuisance environnementale au quotidien due au bruit. N’en jetez plus!  Vous comprendrez bien que diminuer le nombre de voitures en augmentant le taux d’occupation, permettra de diminuer ces chiffres.
  • Sur le plan pratique: Diminution des embouteillages. Une baisse de 5 à 10% du trafic par le covoiturage peut, en général, atténuer voire supprimer ces embouteillages. De plus lorsque l’on a des passagers, on est généralement plus prudent et donc cela génère moins d’accidents.
  • Sur le plan de la santé publique: Les oxydes d’azote irritent les voix respiratoires, les particules fines sont cancérigènes. Si on les diminue par le covoiturage… Une exposition prolongée aux bruits peut entrainer des perturbations du sommeil, la gêne, les maladies cardio-vasculaires et les difficultés d’apprentissage.
  • Sur le plan financier: Il n’est pas rare de voir des lignes de bus ou de train disparaitre pour raison budgétaire. Les entreprises mettent donc en place des systèmes de covoiturage pour remplacer les lignes disparues (voir plus haut)
  • Sur les plans économiques et sociaux: 2 000 €, c’est la somme économisée chaque année par un salarié automobiliste qui habite à 30 km de son lieu de travail et qui covoiture quotidiennement en alternance avec un voisin ou un collègue. La mobilité est un facteur clé d’insertion sociale et d’accès à l’emploi. Le covoiturage est une pratique collaborative qui contribue à recréer du lien social et intergénérationnel dans les territoires.

C’est une très belle illustration de ce que peut être le développement durable:

  1. Écologie: un covoitureur régulier économise entre 1 et 1,2 tonne de CO2 par an en moyenne.
  2. Social: c’est la 3è raison d’inscription derrière le gain financier et l’avantage modal (lié au moyen de transport, j’y reviendrai). Les personnes veulent du lien social. C’est une bonne nouvelle!
  3. Économique: Pourquoi BlaBlacar a tout de suite cartonné? Car tout le monde est gagnant, pardi!

Si maintenant vous n’êtes pas convaincu(e) que le covoiturage est une solution utile et réalisable, ne bougez pas, BlaBlaCar a trouvé la solution!

Blablacar, kézako?

BlaBlaCar existe depuis 2004 même si jusqu’à 2013, le site s’appelait covoiturage.fr. En tout cas c’était plus parlant mais moins fun. Donc, Blablacar est un service de covoiturage.
Il s’agit donc de partager sa voiture avec 1, 2, 3… personnes. Si vous êtes chauffeur, vous êtes payé et si vous êtes passager, cela vous coûte beaucoup moins cher que n’importe quel autre moyen de locomotion. Tout le monde est donc gagnant.

BlaBlaCar est à présent dans une 20aine de pays. Par ordre croissant d’arrivé dans le réseau: France, Espagne, Royaume-Uni, Italie, Portugal, Pologne, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Ukraine, Russie, Turquie, Inde, Hongrie, Croatie, Serbie, Roumanie, Slovaquie, Mexique et Brésil.

L’idée revient encore une fois à un étudiant (tout comme pour Couchsurfing si vous n’avez pas lu mon article) Frédéric Mazzella qui lors de ses études aux USA a pu voir les bienfaits du covoiturage (déjà dans les années 90 pour les États-Unis). C’est en 2003, en France, lorsqu’il devait rentrer en Vendée depuis Paris pour passer les fêtes de Noël en famille, que lui est venue l’idée. Tous les trains affichaient complet. C’est finalement sa sœur, habitant alors à Rouen, qui est passée le prendre. Et sur la route, il s’est rendu compte que la plupart des voitures étaient vides. Il a alors réalisé qu’il y avait des places libres pour rentrer chez lui : seulement, elles n’étaient pas dans les trains mais dans les voitures ! En 2004 Vincent Caron (étudiant à l’ISTIA d’Angers) achète le nom de domaine Covoiturage.fr et met en ligne la première version du site covoiturage.fr. En 2006 le nom de domaine est revendu à Frédéric Mazzella qui, aidé par Nicolas Brusson et Francis Nappez, va développer ce nouveau réseau d’échange de bons procédés.

S’inscrire

Dès la page d’accueil vous accédez très rapidement à 4 fonctions:

  • Proposer un trajet
  • Chercher un trajet
  • S’inscrire
  • Se connecter

Au niveau de l’inscription, rien d’exceptionnel comme vous pouvez le voir.

Son profil

Vous avez un certain nombres d’options à compléter. Je vais les passer en revue:

  • Informations personnelles: vous allez retrouver ce que vous avez complété et quelques infos supplémentaires, notamment votre mail et votre numéro de téléphone que je vous conseille de mettre sinon aucune chance de faire du covoiturage. En plus, vous pouvez cocher la case « Ne pas afficher mon numéro de téléphone publiquement« .
    Votre numéro et votre mail peuvent être vérifiés. C’est simple, c’est gratuit, autant le faire car c’est un moyen de rassurer les personnes.
  • Photo: vous avez la possibilité de mettre une photo. En revanche, BlaBlaCar est assez exigeant là-dessus. Il faut vraiment une photo où l’on peut voir votre visage. Si vous me suivez, vous savez que je suis très frileux sur la vie privée et internet. J’ai dû batailler pour obtenir une photo qui leur conviennent mais à moi aussi bien sûr. Évidemment, voir le visage de la personne peut être rassurant mais, j’ai déjà pris beaucoup de personnes sans photo.
  • Préférences:

Je vous ai mis ma page préférences pour que ça soit plus clair. Vous pouvez voir que j’aime beaucoup parler, que je n’aime pas la cigarette, que je peux prendre les animaux mais il faut voir lequel et que j’adore la musique. Ces petits pictogrammes apparaissent sur votre page d’accueil.

  • Vérifications: Beaucoup de sites de partage proposent divers solutions pour rassurer leurs utilisateurs et c’est bien normal. Plus haut, j’ai évoqué le mail et le téléphone. Vous pouvez mettre un scan de votre carte d’identité (pas d’inquiétude, elle n’est pas publique cependant Blablacar remplace votre nom de profil par votre prénom Grrr!) et signer une charte de bonne conduite (6 cases à cocher: donner de vraies informations, conduire prudemment, être à l’heure, être convivial, laisser un avis honnête, profiter du voyage)
  • Véhicule: Vous ajoutez votre véhicule. Une petite photo (sans la plaque d’immatriculation). Vous renseignez ensuite: marque, modèle, confort, nombre de places, couleur et la catégorie.
  • Adresse postale: Peu utile pour BlaBlaCar, elle permet néanmoins de recevoir la carte Total de 20€ au 1er covoiturage.

Proposer un trajet:

L’image est assez parlante pour la 1ère étape. Deux choses à remarquer:

  • Le site vous donne des points de RDV possible lorsque vous avez rentré une ville. C’est bien pratique, surtout si vous avez plusieurs covoitureurs. Cela évite de faire le taxi en passant chez chacun.
  • Étapes: Je vous conseille de mettre des étapes à votre trajet, surtout s’il est long. Imaginez faire Lille-Marseille. Vous avez plus de chance de trouver plusieurs covoitureurs en indiquant que vous allez passer par Paris, Lyon… car peut-être qu’il y a peu de personnes qui souhaitent faire un Lille-Marseille en voiture car c’est long. Sur un même trajet vous pouvez prendre et déposer différentes personnes dans différentes villes.

Vous avez proposé votre trajet et les premières demandes arrivent. Vous allez surement devoir répondre à des questions. Vous pourrez vérifier les profils des personnes qui demandent. Attention ne donnez jamais votre numéro de téléphone. Les numéros de téléphone sont donnés après la validation de la réservation.

Lorsque vous faites le trajet, le passager vous communiquera un code à rentrer ensuite dans le site afin de recevoir le paiement. La solution la plus simple est qu’il vous transfère son SMS pour éviter les erreurs dans le code. Vous êtes encore sceptique et vous vous dites que la personne est mal intentionnée et qu’elle vous a donné un faux code! Vous pouvez le vérifier sur place sur l’application mobile sinon vous êtes payé sous 7 jours si le passager n’a pas déclaré de problème sur le trajet (annulation de votre part etc…).

N’oubliez pas d’évaluer votre passager. Soyez précis et concis. Ex: X a été ponctuelle. Elle est sympathique. Nous avons bien discuté, échangé et rigolé. Je recommande. Vous devez cocher entre: Parfait, Très bien, Bien, Décevant et A éviter. Pour le coup, je trouve ces appréciations très peu appropriées surtout entre Parfait et Très bien. Vous êtes à l’heure, vous êtes poli, sympa, vous discutez… C’est quoi? Parfait ou Très bien? Cela influence votre note. Personnellement, j’ai 11 Parfait et 6 Très bien, ce qui me fait une note de 4,6/5. Dans les standards du net, ce n’est pas terrible. Si un vendeur de PriceMinister a 4,6, je commence à me poser des questions. Donc soit vous évaluez en fonction de Parfait-Très bien et vous galérez à choisir soit vous évaluez en fonction de la note: s’il n’y a rien à redire 5/5.

Vous pouvez tester avec le WIDGET:

Chercher un trajet:

Pour l’exemple j’ai tapé un Lille-Marseille pour demain.

A gauche, vous avez la barre des filtres: Date, Heure de départ, Prix, Temps de réponse, Expérience

En haut, vous avez la possibilité de créer une alerte.

Au milieu un aperçu des covoitureurs: Photo, Nom, Âge, Vérification, Heure de départ, Ville de départ et d’arrivée, Prix, Place disponible.

Je choisis la 1ère personne car le trajet correspond plus à Lille-Marseille:

Vous avez plus de précisions sur sa page:

  • Détails: Départ pile à l’heure, Détour possible de 15 min et Bagages moyens demandés.
  • En dessous la description: ici, je la trouve mal faite car peu détaillée. Par exemple dans les questions vous pouvez voir qu’il ne précise pas le point de ralliement par exemple. Il ne précise pas les intentions de son voyage car si on part en vacances on est peut être moins à cheval sur les horaires que si on a un RDV à l’autre bout de la France. Enfin, on ne sait rien sur le conducteur. Cela pourrait être rassurant d’en connaitre un peu plus sur lui…
  • La zone de questions/réponses
  • A droite: vous allez retrouver en plus les passagers qui ont déjà pris une place par conséquent le nombre de places restantes, le type de véhicule, les avis et l’activité sur le site.

Vous remarquerez que les personnes qui lui posent des questions veulent faire différents trajets: Lille-Reims, Reims-Lyon, Dijon-Toulouse… d’où l’intérêt de mettre des villes étapes.

Tout me semble dans l’ordre. Je vais donc réserver:

  • Récapitulatif: vous avez la possibilité de réserver pour quelqu’un d’autre par exemple, de demander une réponse plus ou moins rapide et vous voyez le coût total (qui est le même que dans les pages précédentes)
  • Le mode de paiement: par carte ou Paypal

C’est la grande force de BlaBlaCar: aucune transaction d’argent entre le chauffeur et le passager. Lorsque vous faites le trajet, vous avez eu un code que vous devez transmettre au chauffeur. Lorsqu’il aura rentré son code, l’argent lui sera reversé. Inutile d’essayer d’être roublard, le conducteur est protégé par différents systèmes pour être payé. La solution la plus simple est qu’il vous transfère son SMS pour éviter les erreurs dans le code.

N’oubliez pas d’évaluer votre chauffeur. Soyez précis et concis. Ex: Voyage très agréable en compagnie de X. Souriant intéressé et intéressant, ils savent mettre à l’aise leurs passagers. Ponctualité parfaite. Bref je recommande ! Vous devez cocher entre: Parfait, Très bien, Bien, Décevant et A éviter. Pour le coup, je trouve ces appréciations très peu appropriées surtout entre Parfait et Très bien. Le chauffeur est à l’heure, poli, sympa, discute, conduit prudemment… C’est quoi? Parfait ou Très bien? Cela influence votre note. Personnellement, j’ai 11 Parfait et 6 Très bien, ce qui me fait une note de 4,6/5. Dans les standards du net, ce n’est pas terrible. Si un vendeur de PriceMinister a 4,6, je commence à me poser des questions. Donc soit vous évaluez en fonction de Parfait-Très bien et vous galérez à choisir soit vous évaluez en fonction de la note: s’il n’y a rien à redire 5/5.

Vous pouvez tester avec le WIDGET:

L’application mobile:

Je l’utilise peu finalement car mes trajets se règlent avant lorsque je suis devant mon PC. Je vous mets les photos que l’on peut retrouver sur le site de BlaBlaCar (c’est pour cela que les visages ne sont pas floutés).

Vous proposez un trajet:

Vous lisez vos messages:

Vous regardez le profil:

Vous cherchez un trajet:

Vos réservations:

Pour aller plus loin:

Il existe d’autres sites de covoiturage:

La Roue Verte

Covivo

iDVROOM

Fleetme

Rezo Pouce

Taxito

Covoit’ici

Vadrouille Covoiturage

Roulez Malin

Covoiturage Libre

2 thoughts on “Faire du covoiturage: voyager pas cher, s’enrichir humainement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *