Les aventuriers modernes

Les aventuriers modernes

Si vous ne le savez pas , je pratique le CouchSurfing depuis 2012. Vous pouvez voir l’article consacré à cette façon de voyager en cliquant sur  FAIRE DU COUCHSURFING

Je voulais faire cet article pour vous faire partager les blogs de personnes qui sont de passage chez nous:

Anna et Aymeric:

Journal Terre Native

Aymeric et Anna, 22 ans, ont décidé de partir à la rencontre de personnes à l’initiative d’idées intéressantes sur le développement durable. Ils entament, pour cela, un tour du monde à pied, en auto-stop, en train ou en bateau.

Comment cette idée leur est venue?

Anna a fait des études artistiques et a étudié grâce au programme Erasmus en Laponie Finlandaise. Pas banal, non? Partir dans un endroit aussi reculé ne vous laisse jamais indifférent, croyez-moi, je l’ai vécu en Suède. Après cela, Anna n’a pas souhaité continuer dans la voie artistique. Elle a alors intégré la formation Tremplin à IFF Europe (IFF Europe) où elle a rencontré Aymeric.

Aymeric a lui aussi l’âme d’artiste. Musicien, il a essayé de faire des études dans l’audiovisuel. Mais cela n’a pas été concluant, car la formation s’éloignait trop de sa passion première: la musique. Il se retrouve, lui aussi, à la formation Tremplin.

Leur but

Cette formation propose aux étudiants qui se réorientent de faire un travail introspectif afin de retrouver confiance en soi, et une orientation de vie afin de prendre un nouveau départ. Au bout de 5 mois, elle aboutit à un projet. En ce qui concerne Aymeric et Anna: faire le tour du monde afin de « trouver les acteurs de la transition écologique dans les communautés autogérées, les fermes biologiques et de permaculture, ainsi qu’en rencontrant tous ceux qui vivent autrement avec la nature » dans un 1er temps. Leur 2è quête « serait d’apprendre et de comprendre par [eux]-mêmes les différentes religions et philosophies qui enrichissent notre monde. »

Bernadette & Richard:

Deux Loca Terre à Vélo

Jeunes retraités, Bernadette et Richard ont entrepris un tour du monde à vélo pendant 4 ans.

Comment cette idée leur est venue?

« Libre comme le vent ». L’avantage de la retraite, d’avoir des enfants autonomes, d’être en bonne santé, c’était un rêve mûri depuis longtemps car ils sont déjà baroudeurs et cyclistes accomplis.

Leur but

Ce projet est longuement réfléchi puisqu’il a nécessité pas mal de préparation. Imaginez-vous! Partir pendant 4 ans… ils ont revendu l’inutile, l’accessoire, le consommable tel que la voiture,  l’électroménager… Ils ont quand même gardé leur maison mais la louent. L’itinéraire : traversée d’Ouest en Est de la France, les Balkans, la Grèce, la Turquie, l’Asie centrale et du Sud-Est, l’Indonésie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie, le continent Américain Nord/Sud et enfin pour le retour soit l’Afrique du Nord ou l’Europe du Nord… Ils ont  « juste envie de voyager à [leur] rythme, d’être libre, de voir d’autres cultures, de faire de belles rencontres, et, cerise sur le gâteau : d’aller à L’AVENTURE… ! »

Laura & Bastien

Tand’aimons

Laura et Bastien ont entrepris un tour de France en tandem pendant 6 mois.

Comment cette idée leur est venue?

Ils sont tous les 2 titulaires d’un Master en Environnement et Risques. Ils ont donc été sensibilisé dans le Développement Durable. De plus, ils sont cyclistes d’où l’idée de partir avec un tandem qu’ils ont nommé Roots!

Leur but

En Selle pour Comprendre le Développement Durable est un projet sportif personnel comme professionnel où ils vont découvrir, sensibiliser et promouvoir le Développement Durable sur 6000 Km. Le tandem. est un moyen de transport représentatif de leur engagement pour la protection de l’environnement. Dans ce cadre, trois actions principales sont envisagées afin d’agir au cœur des trois piliers, environnemental, social et économique, soutenant le Développement Durable:

  • Découvrir: La première action est de mettre en avant l’exemplarité environnementale de certaines structures économiques (entreprises, collectivités, magasins…) que nous rencontrerons sur notre parcours.
  • Sensibiliser: La seconde action s’inscrit dans une démarche de sensibilisation des générations futures, aux éco-gestes, à l’utilisation rationnelle de l’eau et de l’énergie ainsi qu’au tri des déchets dans les écoles primaires, collèges et centres de vacances/centres sociaux.
  • Promouvoir: La dernière action, complémentaire à chacune des deux premières sera le relais du projet, un axe de communication au travers de réseaux sociaux et d’un site internet ; véritables connecteurs des actions mises en œuvre.

Fiona

1 Cap et 2 Pieds

Fiona, 19 ans, étudiante en Sciences Politiques à Lille, dans le Nord de la France a décidé de faire Lille – Marseille à l’aide de ses 2 pieds et éventuellement de son pouce. Une traversée de la France du Nord au Sud, 1000 km en 1 mois. 30 nuits en couchsurfing et camping sauvage. Voilà le défi qu’elle s’est lancé. Armée de son sac à dos, elle part à la rencontre des Français et à la découverte des paysages ruraux « qu’on ne voit bien trop souvent qu’à travers la vitre d’un TGV ».

Comment cette idée lui est venue?

Elle souhaite depuis longtemps découvrir « cette ville mystérieuse, cosmopolite et chargée d’histoire qu’est Marseille, ancienne citée grecque fondée par les Phocéens il y a maintenant 26 siècles et dont l’ouverture sur la mer Méditerranée lui vaut le surnom de « Porte de l’Orient » ».

Elle a depuis toujours « cette envie d’inconnu, ce besoin intarissable de partir à l’aventure » et ajoute: « Tous deux m’ont d’ailleurs poussée à voyager au-delà des frontières de mon pays et rencontrer des personnes formidables qui m’ont partagé leur culture, leurs traditions. Mais c’est en hébergeant (via Couchsurfing) ces personnes qui me sont étrangères et en les écoutant me raconter la France, leurs perceptions, surprises et désillusions à son propos que je me suis alors rendue compte que je ne connaissais pas moi-même le pays qui m’a vu naitre et grandir, du moins pas autant que je le pensais. Tant de choses restent à découvrir si près et pourtant toujours cette envie d’aller plus loin. »

Non seulement l’envie de voyage l’a poussée à partir mais pas que…

« Ah ! Et autre chose aussi ! Oui je suis une fille. Et alors ? Les femmes voyageant seules sont moins nombreuses que les hommes mais n’en existent pas moins. J’ai hébergé dernièrement Natalia puis Petra, respectivement Brésilienne et Slovaque. Deux rencontres fantastiques ! La première fait le tour des capitales et grandes villes d’Europe avant de rentrer à l’université et la deuxième, en Erasmus sur Nancy, profite de ses quelques semaines de vacances pour découvrir la France. Cette traversée de la France à pied est pour moi l’occasion de me prouver et de montrer qu’on peut être une femme et vivre ses ambitions, surmonter les risques et les obstacles (tout en ayant bien sûr conscience qu’ils existent). J’ai à plusieurs reprises hésité. Me lancer ? Renoncer ? Puis j’en suis venue à me poser la question suivante : qu’est-ce qui me bloque ? Une seule réponse m’est venue : bah… le fait que je sois une femme non ? A partir de là je n’ai plus hésité, j’ai acheté billet de train pour le retour, chaussures de marche et sac à dos. Après tout, n’est-ce pas insensé de renoncer à ses rêves, à sa liberté d’accomplissement et d’évasion simplement parce qu’on est une femme ? »

A notre époque, où l’égalité femme-homme, n’est pas totale, Fiona, à sa manière, veut montrer qu’elle peut être atteinte.

Son but

De cette traversée ses attentes sont multiples. Comme elle le dit :
– Rencontrer, échanger, partager de la joie et des récits avec les Français qu’elle croisera sur son chemin.
– Prendre le temps de s’imprégner des paysages qui se succèdent du Nord au Sud, apprécier leur diversité et partager ces moments qui ravissent les sens.
– Réfléchir, ne penser à rien tout en pensant à tout. Un break de fin d’année, une bouffée d’air, un challenge comme chacun a besoin pour avancer et se découvrir.
– Se prouver à soi-même qu’elle peut aller au bout de ce qui était au départ une idée totalement folle.

Sa stratégie

Cette traversée est un véritable défi personnel, qu’elle a envisagé de réaliser seule. La solitude ne l’effraie pas. Elle n’exclue pas non plus d’être accompagnée pour un p’tit bout de trajet. Les 5 premiers jours elle marche avec Vladimir, un jeune homme russo-italien qu’elle a eu le plaisir d’héberger récemment. Ensuite, ce sont 2 amies proches, Justine et Jade, qui l’accompagneront de Troyes à Lyon. « Quand on part seule, on ne voyage pas nécessairement seule car le monde est petit et les rencontres nombreuses. »

Donc pour reprendre : 1000 km en 30 jours pour rejoindre Marseille depuis Lille, tout ça à pied, soit 33 km par jour en moyenne (et possiblement en stop pour rattraper un éventuel retard, dû à la météo qu’on ne saurait maitriser par exemple).

Pour ce qui est de l’hébergement, le sens et l’esprit de cette traversée lui interdisent, bien évidemment, l’hôtel (vraiment le pire endroit pour rencontrer des gens) ou l’auberge de jeunesse ! Couchsurfing pour les grandes villes et toc toc aux portes à la campagne. Elle compte sur l’hospitalité et la bienveillance des personnes qu’elle croisera sur son chemin. Et au pire, le camping sauvage en tente ou à la belle étoile c’est toujours sympa !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *